4e dossier du Think Tank ObésitéS

Passage à la vie adulte et risque d’obésité

ttob

Responsable éditorial : Gautier Zunquin, membre du TTO, maître de conférences en activités physiques à l’Université du Littoral Côte d’Opale, chargé d’études cliniques sur l’obésité

CLIQUEZ ICI POUR ACCÉDER AU DOSSIER

Pesticides et surpoids : action – réaction

Par Arnaud Cocaul, membre du Think Tank ObésitéS, médecin nutritionniste.

Pesticides_application_04Un article paru dans la revue Obesity Research and Clinical Practice précise que la différence de poids constatée entre les individus des années 80 et de 2015 ne peut pas s’expliquer par une différence calorique ou de répartition des nutriments ou une moindre activité physique.

Notre corpulence s’accroît avec une prise de poids de l’ordre de 10 % par rapport aux années 80. Les rédacteurs de l’article incriminent une responsabilité des pesticides, additifs, conservateurs de plus en plus présents dans les aliments et en particulier dans les plats préparés dont la consommation a flambé de 41% depuis les années 80.

Lire la Suite…

Activité et inactivité physique

Par Gautier Zunquin, membre du Think Tank ObésitéS, maître de conférences en activités physiques à l’Université du Littoral Côte d’Opale, chargé d’études cliniques sur l’obésité.

En réponse à l’article publié sur Slate.fr

L’activité physique se définit comme « tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques qui entraîne une augmentation substantielle de la dépense d’énergie au-dessus de la dépense énergétique de repos ».

Elle comprend :
– les activités professionnelles et de la vie courante,
– les activités de loisir,
– l’exercice physique : activité musculaire planifiée, répétée et contrôlée permettant d’améliorer sa condition physique,
– les activités sportives « sport », activité physique codifiée et organisée avec ou sans compétition.

Lire la Suite…

Contre les obèses

Par Jean-Michel Lecerf, membre du Think Tank ObésitéS, chef du service nutrition de l’Institut Pasteur de Lille et spécialiste en Endocrinologie et maladies métaboliques.

n-OBESITY-large570David Cameron envisage de réduire les allocations des obèses qui refuseraient de perdre du poids, de 100 euros par semaine.

Il est dommage que David Cameron ne soit pas obèse. Cela ne réduirait pas beaucoup ses revenus mais cela l’éclairerait, car vraisemblablement il ne l’est pas par ses conseillers. On l’excuse cependant car il n’est pas obèse, car il est mal conseillé, et enfin parce que c’est une mesure populiste et donc électoraliste. Les foules adorent qu’on désigne des coupables et qu’on les montre du doigt : cela leur donne bonne conscience et cela les laisse dans l’ignorance. Mieux vaut en effet ne pas voir et ne pas savoir. Chacun peut ainsi rester dans son confort. Le problème ce sont les autres : rectifions-les. L’enfer ce sont les autres, et on sait qu’il est pavé de bonnes intentions.

Lire la Suite…

Les complications post-opératoires plus fréquentes chez les personnes obèses

Par Patrick Bergevin, membre du Think Tank ObésitéS, chirurgien digestif.

En réponse à l’article « le paradoxe de l’obésité » de Bernard Waysfeld

doctor-79579_640L’étude rapportée par Bernard Waysfeld sur le moindre risque cardiovasculaire des personnes en surpoids comparativement à celles de poids dit normal est très surprenante car elle va à l’encontre des précédentes. Il n’est pas précisé cependant le risque dans la catégorie obésité morbide, au delà d’un IMC de 40. En tant que chirurgien, je peux difficilement partager l’opinion que l’obésité met à l’abri des risques.

Lire la Suite…

Démédicaliser le surpoids

Par Arnaud Cocaul, membre du Think Tank ObésitéS, médecin nutritionniste.

En réponse à l’article « le paradoxe de l’obésité » de Bernard Waysfeld

docIl y a déjà quelques années, Katerine Flegal et son équipe établissait dans une méta-analyse que le groupe surpoids avait 12% de mortalité toutes causes confondues en moins que le groupe dit « poids normal »*.

Rappelons également que les normes d’indice de masse corporelle actuellement utilisées ont été modifiées depuis 1998 (la norme d’IMC normale s’établissait antérieurement entre 20 et 27) ce qui englobait dans la norme « normale » des individus en surpoids et excluaient des individus trop minces. Pourquoi ce changement de paradigme ? Peut être la pression des industries pharmaceutiques a-t-elle été efficace ?

Lire la Suite…

L’équilibre de l’alimentation a vocation à protéger la santé

Par Nathalie Négro, membre du Think Tank ObésitéS, diététicienne responsable du Centre Nutritionnel des Thermes de Brides-les-Bains.

En réponse à l’article « les paradoxes de l’obésité » de Bernard Waysfeld

alimentationLes résultats de l’étude citée par Bernard Waysfeld sont effectivement intéressants.

L’une des explications de ces résultats ne serait-elle pas l’attention particulière accordée par les personnes obèses à la qualité de leur alimentation ? Il y a en effet souvent confusion entre équilibre alimentaire, destiné à préserver autant que possible la santé, et gestion du poids. Ainsi, certaines personnes maigres ou minces se croient à l’abri des maladies (cardiovasculaires notamment) parce qu’elles n’ont pas de problème pondéral. De fait, elles mangent de façon anarchique.

Lire la Suite…

Le paradoxe de l’obésité

Par Bernard Waysfeld, membre du Think Tank ObésitéS, médecin nutritionniste et psychiatre.

obesiteUne littérature de plus en plus abondante s’intéresse au « paradoxe de l’obésité ».

Alors que de nombreuses publications alarment nos concitoyens sur l’inflation irréversible et catastrophique de l’obésité pour 2030 (par exemple 30% de sujets obèses en France en 2030) des études sérieuses montrent que le risque lié à la surcharge adipeuse et pondérale ne correspond pas à celui annoncé.

Tout récemment, un travail considérable coordonné par un français, Boris Hansel (European Heart Journal du 4 août 2015), apporte de sérieux arguments au fait que, loin d’aggraver le risque cardio-vasculaire, l’obésité constituerait même un facteur protecteur !

Lire la Suite…

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 481 autres abonnés